LE KAVE SE REBIFFE

Bienvenue dans l'antre Essonnienne branchée sur le courant alternatif du KAVE.

Ce blog, à vocation citoyenne et collective, se veut participatif et coopératif en s'attelant au grand défrichage de ce monde!

Alertez, montrez, Réenchantez! Si vous désirez partager, écrire un article, poster des photos, contribuer au développement de la Kave, you're welcome! Soumettez-moi vos textes, photos, vidéos, vous serez bien reçus au comptoir de la Kave! YES OUI KAVE! Contact: krixlegaulois@gmail.com/

dimanche 10 septembre 2017

Rien à Cacher


"Le fait d'accepter d'être sous surveillance permanente montre qu'une nouvelle conception de l'identité voit le jour." Will Self

Trailer Nothing to hide



Du cinéma documentaire à la Kave
Rien à cacher/Nothing to hide
Mister X pensait n'avoir rien à cacher, il l'a regretté:
 Jusqu'où peut-aller la surveillance de nos données sur internet?


Source: +Miche Gou. 

Liens kavistes:




"Le documentaire Nothing to hide est sorti discrètement, très discrètement, sur les écrans français le mercredi 8 septembre dernier.
Ce film est un documentaire dédié à la question de la surveillance de masse et à son acceptation dans la population. Il a été réalisé et produit par deux journalistes, l’un français, Marc Meillassoux, et l’autre allemand, Mihaela Gladovic. Quant à son financement, il l’a été possible grâce à une souscription en ligne à laquelle plus de 400 internautes ont participé.
Nous nous accordons généralement à dire que les régimes de surveillance sont intrinsèquement liberticides et dangereux. Pourtant, nous utilisons tous un nombre croissant de services et applications “gratuits” comme Facebook, Google, Whatsapp etc… Les révélations Edward #Snowden ont démontré que les données récoltées par ces entités privées servent essentiellement de matière première à la surveillance de masse (programmes PRISM, XKeyscore…)."
par Miche Gou



Le pitch de Nothing to Hide
 Max Thommes, alias Mister X, est un jeune artiste berlinois sans histoires. Pendant 30 jours, il a accepté qu’on installe un logiciel espion sur son portable. Une expérience dans le cadre d’un documentaire, "Nothing to Hide", qui explore la surveillance des données son acceptation par la population.